Les huiles essentielles et la photosensibilisation

Les huiles essentielles et la photosensibilisation

Les huiles essentielles et la photosensibilisation un point important à prendre en compte pour leur utilisation

Un sujet tout fait d’actualité avec l’arrivée de l’été et des vacances. Les huiles essentielles sont des molécules puissantes et merveilleuses dans leur action thérapeutique. Il s’avère important de rappeler les précautions d’emploi dans l’utilisation des huiles essentielles. Naturel ne veut pas dire que cela ne peut pas être nocif.

C’est quoi une huile essentielle ?

Un petit rappel rapide sur la composition chimique des huiles essentielles. Elles sont en général poly moléculaires c’est à dire constituées par 3 ou 4 molécules majoritaires et d’un certain nombre de molécules minoritaires qui définissent les caractéristiques thérapeutiques des huiles essentielles dans l’application de l’aromathérapie.

Certaines huiles peuvent être dermocaustique  par exemple l’huile essentielle de l’écorce de cannelle. D’autres peuvent être abortives ou bien allergènes. La liste des effets secondaires quand elles sont mal employées peut être longue. je voulais attirer l’attention sur ce point car il est important de manipuler les huiles essentielles avec prudence et connaissance.  Nous reviendrons sur ce sujet dans un autre article car aujourd’hui je vais focaliser sur les huiles essentielles photosensibilisantes.

C’est quoi la photosensibilisation des huiles essentielles ?

Selon wikipedia : « La photosensibilisation est une sensibilisation de la peau, surtout ses parties peu pigmentées, qui a une réaction anormale à la lumière solaire à la suite de l’absorption de certains végétaux ou substances appelés photosensibilisants »

Cette photosensibilisation peut être provoqué aussi par certains types de médicaments ou juste au touché de certaines plantes ou encore le fait de manger certains fruits au soleil, cela n’est donc pas exclusif aux huiles essentielles.

Les familles chimique qui présentent cette particularité photosensibilisante dans les huiles essentielles sont les furucoumarines et coumarines. Dans le marché aujourd’hui, nous trouvons des huiles essentielles, par exemple de pamplemousse, sans furucoumarines afin d’éviter ce côté photosensibilisante. Néanmoins, l’action thérapeutique de l’huile essentielle n’est pas la même.

La réaction externe est l’apparition de brûlures ou taches brunes ou plus claires qui sont très difficiles à faire partir après et au niveau esthétique pas jolie à voir. Donc comme dirait ma grand mère  » soldat averti ne meurt pas dans la guerre ». Sans oublier que ces seuils de photosensibilité sont propres à chaque personne.

Et la phototoxicité des huiles essentielles ?

Autre action interne provoquée par certaines huiles essentielles  est la phototoxicité c’est à dire avoir une action carcinogène.

Il est clair que si l’on respecte les précautions, ces huiles restent très utiles pour leur efficacité.

Quelles sont les huiles essentielles photosensibilisantes ?

Les principales huiles essentielles photosensibilisantes à éviter au soleil  l’été en application cutanée (liste non exhaustive).

– Orange amère (Citrus aurantium ssp aurantium )

– Oranger doux (Citrus sinensis )

– Mandarine (Citrus reticulata)

– Bergamote (Citrus aurantium ssp bergamia)

– Pamplemousse (Citrus paradisii )

– Citron (Citrus limon)

Autres huile essentielles hors agrumes :

khella (Ammni visnaga), angélique graines (Angelica archangelica op graines), céleri (Apium graveolens), verveine (Lippia citriodora) etc

En résumé et pour le côté pratique, nous pouvons utiliser ces huiles essentielles riches en coumarines et furucoumarines en diffusion ou olfaction si vous voulez profiter de leur action apaisante, anti-déprime, relaxante etc.

L’ autre option est l’application de ces huiles essentielles diluées en huiles végétales pendant la nuit, par sécurité une attente de 6 heures après application est conseillée.

Et si on diffusait ce weekend un peu d’huile essentielle de Mandarine verte?, j’adore cette huile essentielle; elle apporte de la gaieté et aide au lâcher prise.

J’espère que ces conseils vont seront utiles afin de profiter des vertus des huiles essentielles pendant l’été. Si une approche globale en aromathérapie et en santé au naturel vous intéressent n’hésitez pas à me contacter ou me faire part des sujets que vous aimeriez avoir dans mon blog.

A très bientôt

 

 

 

 

 

Cet article a 5 commentaires

  1. MD

    Bonjour Nathaly et Merci pour ces conseils tout à fait appropriés.
    à bientôt !
    Marie

    1. Nathaly

      Merci à toi de suivre mom blog!!

  2. thomas

    Effectivement, c’est important de bien prendre en compte ces « contres indications » car par les fortes chaleurs que nous connaissons actuellement il peut se révéler risqué de s’auto traiter. Vos articles sont toujours pertinent et fin.

  3. claire

    Bonjour,
    Merci pour ces informations, mais la photosensibilisation est-elle dépendante de la quantité d’HE photosensibilisante utilisée dans un mélange ? J’imagine que oui… et l’utilisation par exemple d’HE de citron à 1% dans un mélange, est-ce que le mélange est quand même considéré comme photosensibilisant ? il y a une valeur « seuil » où la photosensibilité est négligeable ? ça dépend j’imagine des personnes mais peut être qu’on peut la considérer comme nulle quand elle est utilisée à trés petite dose.. Merci

    1. Nathaly

      Merci pour ton message. Certes chaque personne a un seuil de tolérance different donc cela fait aussi plus difficile à savoir comment faire.
      Ton analyse est très pertinent par rapport à la concentration mais malgré une petite concentration ma recommandation est d’éviter d’appliquer des huiles essentielles photosensibilisants avec le soleil.
      Si tu veux absolument utiliser ton mélange, fais le plutôt le soir ;).
      Je pense que le bon scient et la précaution sont des règles d’or avec les huiles essentielles.

Laisser un commentaire