Octobre rose et prévention 🌸

Octobre rose et prévention, une belle opportunité pour parler de mon vécu du cancer. J’ai décidé de tomber le masque sur cette période à la fois sombre mais aussi synonyme de renouveau et lumière dans ma vie.

J’ai revisité, complété et actualisé une interview que l’on m’avait faite pour témoigner du vécu du cancer. Il me semblait que ce mois d’octobre rose et prévention était la bonne occasion.

A quel moment avez- vous soupçonné la maladie ?

Je ne la soupçonnais pas du tout, je l’ai découvert un peu par hasard. Certes mon état de santé se dégradé depuis plusieurs années avec de nombreux problèmes digestifs et une très mauvaise gestion du stress mais je n’aurais jamais imaginé vivre cette maladie.

Comment avez-vous appris votre cancer ?

Nous venions de quitter la Chine pour le Brésil, un jour le médecin du venir à notre appart hôtel (nous n’avions même pas encore emménagé !) pour voir mon mari qui ne se sentait pas bien. Dès son arrivé, il remarqua que j’avais une vilaine toux et il me dit « mais celle qui est malade c’est plutôt vous », « Si vous continuez comme ça, faites une radio et passez moi un coup de fil ».

Effectivement ma toux continua alors je fis une radio. La radio n’était pas convaincante donc pour écarter tout doute, je réalisa un scanner. Malheureusement sur ce dernier ils trouvèrent une tumeur et  le cauchemar commença : biopsies, examen et l’annonce final

Comment avez-vous réagi face à l’annonce ?

J’étais sidérée, je ne comprenais pas car le médecin n’avait pas été très clair à mon goût. Le cancer que j’avais était un cancer rare donc pas trop d’informations. Je me suis sentie perdue et seule car on était dans un nouveau pays ou je ne maitrisais pas la langue. Par ailleurs ni ma famille ni mes amis étaient là. Tout s’est passé tellement vite que je n’ai pas eu le temps de réfléchir. Je me sentais comme un robot et avec la pensée que cela devait être une blague, ce n’était pas possible que cela m’arrive à moi.

Quelles peurs avez-vous développées à ce moment ?

La peur de mourir, la peur de laisser mes enfants si petits (3 ans et 9 mois), la peur de souffrir, la peur d’être une charge, la peur des résultats définitifs pour la suite, la peur de ne pas savoir ce qui m’attendais etc… Mon esprit était brouillé par toutes ces peurs.

Comment avez-vous partagé vos émotions et vos décisions avec votre entourage personnel et professionnel ?

A l’époque, je n’avais pas de travail fixe car je venais de m’installer au Brésil. Avec la famille et les amis, j’ai partagé la nouvelle mais je me suis sentie plutôt seule car les personnes ont eu peur de déranger, ont eu peur du mot cancer et de ne pas savoir comment faire, mais aussi parce que je me suis enfermée sur moi même. Il y a énormément de peurs liées au mot “CANCER” autant pour ceux qui le vivent que pour l’entourage. Malgré les difficultés de la distance, j’étais soutenue et entourée par mon cercle proche.

C’était tellement une situation imprévue que je n’ai pas vraiment pris de décisions, j’ai juste suivi les conseils de médecins.

Vivre le cancer

 Comment avez-vous vécu le traitement ?

Heureusement, je n’ai pas eu besoin de post-traitement car l’opération (lobectomie) était suffisante. Par contre, la récupération a été assez longue et difficile. Je n’ai jamais imaginé qu’une opération du poumon soit si difficile. J’étais vraiment à plat au niveau physique et émotionnel. Le processus a pris plus d’an pour me sentir dans mon corps et accepter l’image que je projetais dans le miroir.

Ne pas se reconnaître dans le miroir et ne plus savoir comment continuer avec un regard différent. Je pense que c’était l’une des phases les plus difficiles.

Quelle fut la relation et le support avec l’entourage médical ?

C’était une relation respectueuse mais il m’a fallu me battre pour trouver les bonnes informations et le bon suivi car ils ne connaissaient pas très bien la tumeur que j’avais eu. D’autre part, il m’a manqué ce coté plus humain et les conseils sur quoi faire pour récupérer plus vite comme utiliser la nutrition, les plantes, les exercices de respiration, traitement de l’émotionnel etc… de la part du corps médical.

Le post cancer

“Voilà madame, on a tout sortie, pas besoin de traitement complémentaire, vous pouvez rentrer à la maison et on se reverra pour faire les controls” 

Les questions

Quelle soulagement mais d’un coup, plein de questions assaillaient ma tête: que dois-je faire avec tout ce que je ressens à l’intérieur ? Comment fais-je pour éviter que cela revienne ? A quoi dois-je faire attention?  BREF …. Qu’est ce que je fait maintenant ? Je me sens perdue, délaissée , différente, étrange…

Les solutions naturelles

J’ai eu la chance d’avoir une amie qui était passé par là. Elle m’a donné plusieurs conseils : Lire le livre “Anti-cancer”, consulter une naturopathe-nutritionniste, allez chez le réfléxologue, faire un peu de sport, travailler ma spiritualité et surtout prendre du temps pour me reconnecter à moi et me redécouvrir.

Cela n’a pas été une période simple ni rapide, j’ai commencé à récupérer ma vitalité et au bout d’un an, je me sentais presque prête à me Re-connaître. J’ai testé beaucoup de choses et j’ai beaucoup travaillé sur moi: méditation, écriture, photographie, spiritualité, EFT (Emotionnal Freedom Technics), fleurs de Bach, reiki. Sans oublier les coté plus “traditionnels”; contrôles, le kiné & compagnie.

Ma prise en main “naturelle” m’a permis de retrouver une santé digestive que je n’avais plus connu depuis des années, une meilleure gestion du stress et des émotions. Il est important de dire que même si j’ai bien géré mon mental, je suis successivement passé par les étapes de dénis, négation, rage, envie de tout laisser tomber etc. Cela a été tout un chemin et aujourd’hui avec le recul, je pense que c’était nécessaire car cela fait partie du processus d’acceptation.

Le laborieux était de  trouver ce qu’il fallait faire pour me sentir mieux et m’aider à surmonter cette étape. Cela a été un peu comme un puzzle à reconstituer. Aujourd’hui, je suis contente de ce chemin parcouru car il m’a aidé à m’aligner complètement avec ce que je suis et ce que je fais sans oublier de continuer à prendre soin de moi et travailler sur moi.

 Qu’est-ce qui vous a le plus aidé ?

Je pense que c’est d’avoir travaillé sur mes dimensions physiques, émotionnelles et énergétiques car tout est une question d’équilibre 😉 mais aussi le soutient de mes proches.

La vie après le cancer

 Qu’avez-vous changé dans votre vie professionnelle ou personnelle après la maladie ?

TOUT, je plaisante ;), j’ai réutilisé tout ce que je savais déjà et j’ai fait des formations complémentaires pour devenir naturopathe et créer une solution holistique pour les femmes qui veulent devenir actrices de leur santé. Après tout ce que j’ai vécu, j’ai pris le temps de reconstruire le puzzle de ma vie par rapport à ma mission de vie et ce qui était important pour moi ;). La prévention est vraiment primordiale : Bien manger, gérer ses émotions et tenir compte de l’énergétique change sa façon de vivre.

Par rapport à ma vie, la vision de la vie et les relations ne sont pas du tout les mêmes. C’est comme si j’avais un autre filtre et je revenais vraiment à l’essentiel. Je me respecte et je m’écoute tout en prenant soin des autres mais sans oublier que pour mieux m’occuper des autres, m’occuper de moi est une priorité 😉

Quel conseil donneriez-vous à toute personne concernée directement ou indirectement par le même parcours que vous ?

Je lui dirais de regarder cette épreuve comme une opportunité même si je sais au combien c’est difficile au début quand on est au fond du trou. Prenez le temps même s’il semble long de reconstruire le puzzle de votre vie pour recommencer comme si c’était le premier jour du reste de votre vie. C’est une belle opportunité pour recommencer ou juste continuer avec de nouvelles cartes 😉 et surtout gardez l’esprit positif et entourez-vous d’amour. Cela n’empêche pas d’avoir des coups de mou et je dirais que c’est même salutaire pour remonter la pente.

Si comme moi, vous avez besoin d’être épaulée, guidée pour réaliser des changements et les ancrer dans votre vie de tous les jours, je vous invite à découvrir mon approche de la santé au naturel.